Fabrice Sposito
Tribune

Le pouvoir de l’éducation

“Quand je repense à cette histoire, j’en ai encore la chair de poule…”

Fabrice Sposito

27 janvier 2021

Quand je repense à cette histoire, j’en ai encore la chair de poule. Ça se passe au début des années 2000. En faveur de l’éducation, la maison-mère, RISO KAGAKU Corporation, avait décidé d’offrir un duplicopieur à une école de Soweto en Afrique du Sud. Avec une dizaine d’autres directeurs généraux de filiales européennes de RISO, j’avais été invité à assister à l’événement.

Un évènement marquant

Ce qui m’avait été présenté comme une donation de matériel classique s’est révélé un moment exceptionnel. Nous avons eu la chance d’assister à une véritable cérémonie de partage de la culture sud-africaine, incluant des danses incroyables, de la musique, des chants.

Mais ce qui m’a le plus marqué est arrivé juste après le spectacle.

Une petite fille – elle ne devait pas avoir plus de 10 ans – a pris la parole. Elle nous a d’abord remerciés, puis elle a raconté son quotidien, le sacrifice que devaient faire ses parents pour lui permettre d’aller à l’école. Dans sa tête, c’était clair : ce duplicopieur RISO allait changer sa vie.

« Pour vous, ce n’est qu’une machine, mais pour moi c’est bien plus. C’est un moyen d’accéder à la connaissance, de m’éduquer. Et c’est l’éducation qui me permettra de partir de Soweto ».

Elle a ensuite expliqué que ce « ticket vers une vie meilleure », il fallait le chérir et le protéger à tout prix. C’est pourquoi le duplicopieur allait être conservé dans un coffre en bois et gardé la nuit pour dissuader les voleurs.

Son discours m’a sidéré. En quelques phrases, cette petite fille venait de montrer tout l’impact que pouvait avoir RISO dans l’éducation des enfants.

J’ai repensé à mon père – fils d’immigré italien et aîné de six enfants – qui excellait à l’école mais avait dû bifurquer vers un CAP chaudronnerie pour rapidement entrer dans la vie active et aider ses parents à faire vivre sa famille. Ce choix a permis à ses frères et sœurs de poursuivre leurs études.

En écoutant cette écolière sud-africaine, j’étais à la fois fier et ému d’être le fils de mon père et de travailler pour RISO.

L’éducation au cœur de l’ADN de RISO

Une autre personne qui aurait été fière et émue, c’est Noboru Hayama, le fondateur de RISO KAGAKU. Quand il crée l’entreprise en 1946, Noboru Hayama est profondément marqué par la Seconde Guerre Mondiale.

Il en est convaincu : l’éducation sera la plus puissante des armes pour lutter contre la barbarie, pour éviter qu’une telle horreur se reproduise. C’est pourquoi, dès l’origine de RISO, Noboru Hayama a délibérément travaillé à développer des technologies correspondant parfaitement aux besoins du monde de l’éducation, des outils spécifiquement conçus pour accompagner les enfants dans leurs apprentissages à l’école.

Et aujourd’hui encore, l’éducation est notre focus fondamental. Plus de 50 % des nouveaux clients de RISO FRANCE appartiennent à la sphère éducative.

Aller plus loin

Nous continuons aujourd’hui de développer des solutions innovantes pour permettre à toujours plus d’enfants d’accéder à l’éducation.

Notre filiale en Afrique du Sud a eu l’idée de développer une solution d’impression alimentée grâce à l’énergie solaire pour équiper des villages reculés où l’accès à l’électricité est difficile (les coupures de courant sont légion dans certaines régions) voire inexistant. Alliance d’un duplicopieur – par design peu gourmand en énergie – avec un module doté de panneaux solaires et embarquant une batterie, le RISOLAR1 permet de réaliser des impressions jour et nuit. Et ainsi, de mettre des supports éducatifs dans les mains d’enfants qui en ont un véritable besoin.

Un exemple, parmi tant d’autres. Il y a quelques années, Mario Araujo, notre responsable des ventes Afrique, s’est rendu dans un village en Namibie pour faire une démonstration du RISOLAR. Immédiatement, les habitants ont mis le holà : pas besoin de sortir le matériel car ici il n’y a ni électricité, ni argent pour se doter d’un tel équipement !

Mario ne s’est pas démonté, il a juste proposé de montrer comment le RISOLAR fonctionnait, ni plus ni moins. Et les habitants ont été bluffés. Ils ont même été tellement impressionnés qu’ils lui ont donné rendez-vous un an plus tard pour acheter la machine. C’était le temps, expliquaient-ils, qu’il leur faudrait pour réunir les fonds nécessaires à l’achat du RISOLAR pour leur école.

Quand Mario y est retourné l’année suivante, le village s’était mobilisé pour trouver le financement. Et le RISOLAR est devenu une pièce maîtresse du dispositif pédagogique de l’école !

Depuis la création de RISO il y a plus de 70 ans, nous sommes déterminés à travailler sans relâche pour améliorer l’accès à l’éducation des enfants2.

Notamment grâce à de nouvelles solutions toujours plus performantes, fiables et adaptées aux besoins du monde de l’éducation et en protégeant l’environnement technologie – notamment des solutions d’impression jet d’encre3 que nous proposons déjà depuis 15 ans !

Et nous continuerons à aller de l’avant !

Send this to a friend