Article

La communauté RISO est magique

1 décembre 2020

« Il est 3h du matin au Japon quand mon téléphone sonne. Lex ter Braak, alors directeur de la Jan Van Eyck Academy, au bout du fil me dit : « Jo, j’ai trouvé, on va appeler ça Magical Riso ». C’est comme ça que le nom est né », se souvient Jo Frenken, chef du laboratoire d’impression de la Jan Van Eyck Academy.

Les sources de la magie

L’aventure du Magical RISO commence en 2014, quand RISO Benelux fournit à la Jan Van Eyck Academie le prototype d’un système d’impression innovant : le duplicopieur A2.

Pour célébrer l’arrivée de cette nouvelle technologie, Jo Frenken et le directeur des ventes de RISO BENELUX, Gerald Biersohn décident d’organiser à l’Académie un événement autour de la risographie. Artistes, designers et imprimeurs sont invités pour une journée d’échanges et de création 100 % dédiée à la risographie : Magical RISO est née.

Un premier tour de magie convaincant

Le succès du 1er Magical RISO est immédiat, si bien que la décision est prise de pérenniser l’événement, qui devient aussitôt une biennale.

« À chaque édition, Magical RISO a pris de l’ampleur et s’est réinventée, proposant toujours plus de conférences, d’animations, d’ateliers… »
, confie Jo Frenken.

Il va sans dire qu’on se bouscule au portillon pour participer à l’événement. Pour accommoder la demande, Magical RISO se tient en 2018 sur trois jours au lieu d’un. Plus de 120 personnes – dont de nombreux visiteurs internationaux – assistent à la biennale cette année-là. Pas mal ! Mais ce n’était encore qu’un début. Pour Magical RISO 2020, Jo Frenken avait en effet vu encore plus grand, avant que le COVID-19 ne vienne contrecarrer ses plans.

La pizza magique ne sera pas mangée.

Le concept directeur de l’édition 2020 de la biennale était ambitieux : mettre en valeur l’ensemble des domaines d’application de la risographie et des expertises de RISO. Ça vous semble vaste ? Vous n’avez pas tort. Jo Frenken avait imaginé une pizza divisée en huit parts – la Magical Pizza (cf. illustration) – chacune représentant un axe d’application précis. Ici, il n’est pas question de peppéroni, d’olives ou de supplément fromage : la pizza made in RISO est un mix de technologie, d’impression, d’activisme, de durabilité, d’échange, d’édition, de développement et enfin de réflexion.

Autrement dit, de faire d’une certaine façon huit mini biennales thématiques et indépendantes, chacune se concentrant sur les problématiques de son domaine.

Mais face à l’impossibilité d’organiser en présentiel le Magical RISO 2020 initialement prévue, Jo Frenken a sorti son plan B : le Magical Octopus.

Un poulpe à la rescousse

Magical Octopus, c’est le nom du livre d’art auquel participent 20 artistes et imprimeurs RISO du monde entier. A partir d’un portfolio scrupuleusement identique chacun des collaborateurs peut faire ce qu’il en veut !  Ils ont carte blanche pour produire 8 à 16 pages qui seront collectées dans cet ouvrage commun.

Pourquoi cette thématique du poulpe ? Au-delà du lien évident à l’encre, « c’est une jolie métaphore de la communauté RISO, explique Jo Frenken. Chacun des huit tentacules du poulpe a son propre cerveau et peut agir indépendamment des autres : pourtant, l’animal bouge de manière fluide ! »

Qui aurait pu imaginer que le Magical RISO lancerait un véritable mouvement international autour de la risographie, inspirant l’organisation d’événements similaires aux États-Unis et en Asie ? Aujourd’hui, une communauté active de plusieurs milliers d’aficionados de risographie disséminés aux quatre coins du monde gravite autour de Magical RISO.

Et cette communauté ne fait que s’élargir !

Send this to a friend